credit immobilier

Empruntez à un TAUX FIXE de 0,20% sur 7 ans !

Ce début d’année commence dans un contexte exceptionnellement favorable pour les candidats à l’emprunt. Depuis la baisse du taux directeur de la BCE en 2016, les taux de crédits immobiliers n’ont jamais été aussi bas. Certains courtiers parviennent à négocier un prêt immobilier au taux fixe hors assurance à 0,20% sur 7 ans. Il existe de réelles opportunités à saisir puisque les banques viennent d’annoncer des baisses de taux de l’ordre de – 0,10 à – 0,25 pts. Compte tenu de la flambée des prix de l’immobilier au m2, cette baisse des taux permet aux ménages les plus modestes d’accéder au crédit immobilier sur une longue durée.

Les taux vont-ils continuer à baisser ?

Les banques se sont fixées les mêmes objectifs commerciaux qu’en 2018. Avec une concurrence très accrue, elles n’ont plus que le crédit immobilier pour capter de nouveaux clients. Pour cela, certaines banques cassent les taux. Et, plus le taux est faible, plus les banques sont certaines de conserver le client très longtemps. En effet, il est peu probable qu’avec des taux aussi bas, l’emprunteur soit en mesure de renégocier son crédit auprès de la concurrence, comme ce fut le cas entre 2014 et 2016.

Mais jusqu’où iront-elles dans cette course au taux le plus bas ? La question est au centre des débats. Depuis 2016, le taux de la BCE reste inchangé à 0%. Cette dernière souhaite maintenir ses taux directeurs au même niveau « au moins jusqu’à l’été 2019 ». De plus, le taux d’intérêt des marchés financiers (OAT 10 ans), utilisé comme référence pour les taux fixes des prêts immobiliers s’affiche à 0,55% au 01 mars 2019. Sur ces bases, il est clair que les taux de crédits resteront bas en 2019, sauf évènements extérieurs en France ou en Europe.

Grille des taux immobiliers au mois de mars 2019

Durée du prêt Meilleur taux fixe Mensualité – Tendance

7 ans / 84 mois 0,20% 119,89€ Baisse ↓

10 ans / 120 mois 0,55% 85,67€ Baisse ↓

15 ans / 180 mois 0,80% 58,97€ Baisse ↓

20 ans / 240 mois 1,00% 45,99€ Baisse ↓

25 ans / 300 mois 1,20% 38,83€ Stable =

Vous résidez à l’étranger et vous souhaitez acquérir un bien en France ? Ce n’est pas si compliqué ! On vous livre les solutions pour financer votre projet immobilier.

Montrez patte blanche auprès de la banque Ce qui intéresse les banques, c’est avant tout la situation fiscale de l’emprunteur, hors l’expatrié est considéré comme un Français non-résident fiscalement. La banque aura plus de difficultés à vérifier la situation financière de l’emprunteur si celui-ci ne paie pas d’impôts en France. Les personnes expatriées à l’étranger qui sont soumis à l’impôt à la source devront impérativement renseigner la « tax return » dont ils bénéficient (réintégration de l’impôt sur le revenu prélevé à la source). Cette taxe concerne principalement les pays anglo-saxon. Pour les pays où il n’y a pas impôt comme à Dubaï, la banque demandera une « Legal opinion » auprès d’un avocat pour simuler le coup de l’impôt (document obligatoire).
Avant de répondre favorablement à une demande de crédit immobilier, la banque va étudier scrupuleusement plusieurs choses :

  • Le niveau de revenu et d’endettement : les bulletins de salaires étrangers ne sont pas forcément les mêmes qu’en France. Certaines informations sont manquantes ou non précisées. En fonction du risque, la banque peut pondérer les revenus et majorer le taux d’intérêt.
  • Le montant de l’apport personnel : le transfert d’argent est parfois difficile entre divers pays, il est préférable d’avoir un apport sur un compte en France.
  • La situation professionnelle c’est-à-dire le contrat de travail : la stabilité professionnelle est le point clé pour l’obtention d’un crédit. Les CDD peuvent être acceptés notamment pour les personnes travaillant au sein d’organisations mondiales type « Nations Unies », « Banque Mondiale », l’« OMS », etc… . Certaines banques imposent de fournir un contrat de travail d’expatrié plutôt qu’un contrat local pour déposer une demande de prêt.
  • Lieu d’habitation : le pays où réside l’expatrié peut être considéré comme un frein. Le lieu de résidence compte beaucoup dans la décision de l’établissement bancaire. Par exemple, les pays de la zone euro ou les grands pays d’expatriation comme les Etats-Unis et le Canada ne posent aucun problème. En revanche, les pays instables politiquement peuvent susciter la méfiance. Il existe également des exceptions comme l’Australie qui refuse que ces résidents investissent à l’étranger si le prix du bien est supérieur à 300 000 Euros ; idem pour les Autrichiens qui n’ont pas le droit d’acquérir un bien à l’étranger s’ils n’ont pas résidé dans la pays pendant au moins 3 mois.
  • La garantie : la banque accordera plus facilement le crédit avec une caution bancaire. Si celle- ci est refusée, elle peut proposer un PPD (privilège du préteur de deniers) ou une hypothèque.

A noter : il peut être demandé une traduction des pièces particulièrement pour les documents chinois, japonais ou arabe mais ce n’est pas systématique.


Dernier point, il est judicieux de recenser toutes les banques qui acceptent de financer les non-résidents. Par exemple, certaines banques, telles que les banques en ligne, sont à exclure de vos choix.

Passez par un courtier spécialisé
Il est conseillé pour un expatrié ou un non-résident de s’entourer d’un professionnel pour faciliter ses démarches. De manière générale, il faut choisir un courtier qui a l’habitude de gérer ce type de financement. En effet, si vous confiez votre dossier à un courtier non spécialisé, le danger est qu’il accepte de le prendre en charge mais qu’il découvre les procédures auprès des banques en même temps que vous. Résultat, après des semaines d’instruction, il n’obtient aucun accord et refuse finalement votre dossier. Vous aurez perdu du temps, et probablement votre bien.
Les financements immobiliers pour expatriés et non-résidents ont leurs propres critères de financement en termes de montant de financement, d’assurance prêt, et de taux d’intérêt. Passer par un courtier en prêt immobilier facilite considérablement l’obtention d’un crédit. Le courtier guide l’emprunteur dans sa recherche, l’accompagne dans le montage d’un dossier irréprochable, le conseille sur l’optimisation de son plan de financement et négocie pour lui les meilleures conditions de financement. Un courtier en prêts immobiliers est un intermédiaire en opérations de banque, mandaté par un emprunteur, pour obtenir les meilleures conditions auprès d’établissements bancaires.
La base du métier de courtier est d’entretenir des relations privilégiées avec les banques. La profession est composée d’une multitude de courtiers, pour obtenir des conventions de partenariats, chaque courtier a dû faire preuve de ses compétences. Pour faciliter la négociation, c’est une relation dite « gagnant-gagnant » qui doit se mettre en place entre la banque et le courtier. Les banques attachent une grande importance à la qualité des dossiers transmis : montage du plan de financement, applications des conditions, etc… Un dossier bien préparé en amont permet un gain de temps pour les banques mais aussi pour l’emprunteur. Elles auront plaisir à traiter le dossier, à accorder des conditions favorables et à répondre dans les plus brefs délais.

Est-il judicieux d’attendre d’avoir vendu sa résidence principale avant de faire l’acquisition d’un nouveau logement ?

Quels avantages y a-t-il à prendre le temps de vendre sa maison ou son appartement pour, dans un second temps, acheter ? Quels risques encourt-on ? Quelles précautions doit-on prendre ? Éléments de réponse…

“JE VENDS MON LOGEMENT AVANT D’EN ACHETER UN AUTRE”» : LES AVANTAGES

Vendre votre résidence principale avant d’acquérir un nouveau logement vous permet de mieux maîtriser votre budget. Surtout si votre nouvelle résidence est plus grande que la précédente, ce qui est souvent le cas chez les secundo-accédants. Vous saurez alors précisément de quelle somme vous disposerez pour votre prochaine acquisition. Cette information est essentielle. Dans la plupart des cas, l’acquisition d’un logement est financée à crédit. Or en revendant votre habitation, vous connaîtrez le montant de votre apport. Et, partant, le montant du prêt immobilier que vous devrez souscrire pour financer l’acquisition de votre prochaine habitation. Au contraire, en achetant avant de vendre, vous pourriez avoir la désagréable surprise de constater que votre bien a été surévalué. Et que vous ne tirerez pas de sa vente autant d’argent que vous le pensiez…

Un autre avantage tient au fait qu’en revendant le logement dont vous êtes propriétaire avant d’en acheter un autre, vous gagnerez en tranquillité car vous n’aurez alors pas besoin de souscrire un prêt-relais. Et pourrez vous concentrer sur votre recherche d’un nouveau logement qui réponde à vos attentes tout en rentrant dans votre budget.

“JE VENDS MON LOGEMENT AVANT D’ACHETER” : LES INCONVÉNIENTS

Vendre avant d’acheter vous expose au risque de devoir trouver un logement transitoire au cas où vous tarderiez à trouver votre nouvelle résidence principale. Vous devriez alors louer un logement voire vous faire héberger chez des amis ou de la famille, le temps pour vous de trouver l’appartement ou la maison de vos rêves, de l’acheter puis d’emménager. Le hic, c’est qu’à d’éventuels frais de location viendront s’ajouter ceux de deux déménagements. Voire la location d’un garde-meubles… Une solution peut toutefois consister à négocier avec votre acheteur la date de votre départ. Ou à obtenir un délai plus long que les trois mois qui séparent traditionnellement la signature du compromis de celle de l’acte de vente auprès de votre acheteur. De cette façon, vous disposerez de plus de temps pour votre recherche immobilière.Enfin, choisir d’attendre d’avoir vendu votre bien avant d’acheter à nouveau risque de vous faire passer à côté d’une belle opportunité. En effet, une fois que votre logement aura trouvé preneur, il se peut que le bien qui vous plaisait tant et dans lequel vous commenciez déjà à vous projeter ne soit plus sur le marché…  

BON À SAVOIR
Pour sécuriser au maximum votre opération et dans l’éventualité que votre acheteur se désiste, tâchez de ne signer le compromis de vente du bien dont vous faites l’acquisition qu’après avoir signé l’acte de vente authentique de vente de votre ancien logement.

IMMOBILIER PAYS BASQUE

Comme chaque année, de nouvelles lois apparaissent dans le secteur du marché de l’immobilier.

La Loi de Finances 2019 apporte quelques évolutions pouvant impacter le pouvoir d’achat des Français.

Investissement locatif : arrivée du dispositif fiscal Denormandie

Ce nouveau dispositif fiscal permettra de défiscaliser et réduire son impôt sur le revenu en s’engageant dans la location d’un bien neuf acquis dans une zone éligible. L’objectif de cette nouvelle loi, appelée Denormandie, est avant tout de développer la construction de logements neufs dans les zones dites « tendues » (A et B1), c’est-à-dire là où la demande locative est très supérieure à l’offre. Ce dispositif est une extension provisoire de la loi Pinel entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2013. Ce dispositif sera maintenu jusqu’au 31 décembre 2021.
La réduction d’impôt peut aller de 12% à 21% de l’investissement selon la durée de location du bien (6, 9 ou 12 ans). Les propriétaires sont tenus de louer leur logement à usage d’habitation principale pour le locataire. Pour bénéficier des avantages fiscaux, il faut respecter des plafonds de loyer et de ressources mis en place par le gouvernement. Contrairement à la loi Pinel, cette aide n’est pas soumise à des obligations en termes de performance énergétique. S’il s’agit de la réhabilitation d’un logement ancien, les travaux doivent atteindre un montant minimal de 25% du prix d’achat du logement. De plus, elle sera réservée aux logements de centre-ville dans des communes signataires d’une convention d’opération de revitalisation de territoire, estimé à 220 par le Ministre. Cette aide fiscale est apportée aux bailleurs en contrepartie de la rénovation d’un bien destiné à la location.
Concernant les zones B2 et C (villes de taille moyenne et zones rurales), l’éligibilité a été garantie jusqu’à fin 2018, à condition que les permis de construire aient été déposés avant fin 2017. Cette période transitoire a été étendue de 3 mois pour les ventes en l’état futur d’achèvement (VEFA). Pour en bénéficier, l’acquisition doit avoir lieu avant le 15 mars 2019, et avant le 31 décembre 2018 pour un achat contracté chez le notaire. Après cette date, il ne sera plus possible de bénéficier de ce dispositif.

Une nouvelle taxe pour l’assurance emprunteur

Depuis 2018, l’emprunteur a la possibilité de changer d’assurance de prêt chaque année. Mais à partir de quelle date ? Le Comité Consultatif du Secteur Financier, adossé à la Banque de France, a tranché fin novembre sur la date anniversaire : la date retenue est la signature de l’offre de prêt. Cette règle s’appliquera à l’ensemble des établissement de crédit au plus tard au second semestre 2019.
Néanmoins, devenant plus simple à changer, elle risque aussi de devenir plus chère en 2019. Le gouvernement envisage de supprimer l’exonération de taxe sur les conventions d’assurance de la garantie décès. Pour faire plus simple, à partir du 1er janvier 2019, la cotisation payée au titre de la garantie décès sera taxée à hauteur de 9%. Réintégrée au budget de 2019 par les députés, cette mesure devrait s’appliquer aux nouveaux contrats à partir de janvier 2019.
Par exemple, pour un crédit immobilier de 100 000 euros souscrit sur 15 ans, un surcoût de 3 euros sera demandé chaque mois, soit 36 euros par an. Cette taxe reste tout de même faible face aux économies réalisées en cas de changement. Ces économies sont bien souvent plus intéressantes lorsque l’emprunteur fait jouer la concurrence en obtenant un taux plus favorable.

Prolongation du Crédit d’impôt pour la transition énergétique et de l’éco-PTZ

En 2019, le gouvernement prolonge le CITE. Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) s’applique aux dépenses d’isolation du logement ou d’équipements qui le rendent moins énergivore. Ce dispositif permet de rénover une résidence principale de plus de 2 ans en déduisant une partie des dépenses de son impôt sur le revenu. A partir du 1er janvier 2019, il était prévu le versement d’une prime au moment des travaux. Cette mesure est décalée à 2020. Le crédit d’impôt reste donc d’actualité en 2019.
Autre bonne nouvelle pour la rénovation énergétique, l’éco Prêt à Taux Zéro qui devait prendre fin au 31 décembre 2018 est prorogé jusqu’en 2021. En 2019, l’Etat supprime la condition de bouquet de travaux et ouvre l’obtention de l’Eco-PTZ au mono-lot. La durée d’emprunt s’allonge à 15 ans quel que soit le nombre de travaux réalisés. Si le vote du Parlement se veut positif, ces aménagements devraient entrer en vigueur au 1er mars 2019.

APPARTEMENT NEUF BAIRRITZ

Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, le troisième trimestre de l’année 2018 marque une stabilisation des taux de crédit immobilier (1,43 % en moyenne hors assurance) face à une inflation de 1,90%.

Si la fin de l’année est traditionnellement plutôt calme sur le marché de l’immobilier, néanmoins, contre toute attente, trois banques majeures ont décidé d’abaisser leur taux en décembre. Baisse comprise entre 0,05 et 0,10 points selon les durées.
Les banques ne devraient pas trop changer leurs grilles de taux d’ici 2019, et cela dans leur propre intérêt car les prêts restent leur principal produit d’appel. Les organismes bancaires ont tout à gagner à ne pas augmenter trop fortement leurs taux immobiliers pour continuer à attirer de nouveaux clients et rester compétitifs. C’est surtout pour les profils qui les intéressent le plus que les banques proposent les meilleur taux, en l’occurrence les primo-accédants, les clients à fort revenus ou avec un bel apport personnel. Selon les cas, les banques sont prêtes à faire de grosses décotes de taux pouvant aller jusqu’à -0,40pts sur le taux de base.
Cependant, l’emprunteur n’est pas à l’abris d’une éventuelle hausse des taux puisque cela fait 2 ans que tous les analystes annoncent un changement, qui semble cette fois-ci inéluctable. Pourtant, la croissance et l’inflation semblent marquer le pas. Ce ralentissement, s’il devait se confirmer, devrait réduire le potentiel de hausse des taux d’intérêt dans les prochains mois ! La concurrence entre les banques restant très forte, ces hausses de taux affichées n’ont quasiment pas d’impact pour les emprunteurs qui ont un bon profil.

Taux immobilier de Décembre 2018

LOGEMENT NEUF PAYS BASQUE
logement neuf pays basque

la check-list pour ne rien oublier !

Du choix du programme immobilier à la livraison du logement en passant par la signature du contrat de réservation puis du contrat définitif, vous avez tant de choses à penser lorsque vous achetez un bien en VEFA que vous risquez d’en oublier… No stress, muni de notre check-list, rien ne vous échappera !
Une check-list qui s’articule autour de quatre axes :

Le contrat de réservation

Dans le contrat de réservation que vous aura remis le promoteur, les informations suivantes apparaissent-elles ? :
  • L’adresse de votre futur logement,
  • Sa surface habitable
  • Le nombre de pièces (y compris les annexes et les dépendances)
  • Son prix
  • La nature et la qualité des matériaux de construction
  • La date de signature du contrat définitif
  • Le délai de livraison
  • La possibilité de renoncer à la vente si la banque vous refuse le prêt (« clause suspensive d’obtention de crédit »)
  • Les conditions de restitution du dépôt de garantie.
Une notice technique détaillant les techniques de construction et les matériaux utilisés doit aussi vous être remise.

Les garanties

Le contrat contient-il les garanties prévues lorsque l’on achète un logement en VEFA (O/N) :
  • La garantie des vices apparents (à compter de la livraison, vous avez un mois pour les signaler)
  • La garantie de parfait achèvement (couvre les désordres survenus dans l’année qui suit la réception des travaux)
  • La garantie de bon fonctionnement (fenêtres, équipements),
  • La garantie décennale (valable dix ans à compter de la réception des travaux, elle vous protège si des malfaçons compromettent la solidité de votre logement ou le rendent inhabitable)
  • La garantie phonique (valable dans l’année qui suit la remise des clés).

 

Le promoteur

En matière de ventes sur plan, les litiges ont parfois pour origine la défaillance du promoteur/constructeur. Pour évaluer sa fiabilité, répondez aux questions suivantes :
  • Les logements qu’il a précédemment livrés sont-ils de bonne qualité ?
  • Les délais de livraison ont-ils été respectés ?
  • Les avis des anciens clients sont-ils bons ?
  • Le promoteur/constructeur vous semble-t-il solide, financièrement parlant ?
  • Est-il affilié à une fédération ?
  • Ses appels de fonds s’accompagnent-ils d’une lettre de l’architecte attestant de l’avancée du chantier ?
  • Le dépôt de garantie dépasse-t-il le maximum légal (2 % si la signature intervient dans les deux ans et 5 % si le contrat est signé dans les douze mois) ?

 

Le logement

Le fait que votre habitation n’existe pas encore (et pour cause, elle est en train d’être construite) n’empêche pas de procéder à quelques vérifications. Pensez à :
  • Vous rendre sur place pour juger de l’environnement de votre futur logement
  • Vérifier qu’il y a des écoles, des commerces, des parcs et des transports à proximité
  • Vous renseigner en mairie sur la constructibilité des terrains avoisinants
  • Demander si vos futurs voisins seront locataires ou propriétaires (dans le 1er cas, le turnover sera plus important)
  • Vérifier si votre ensemble immobilier comprendra des locaux professionnels (s’il s’agit d’une discothèque, des risques de nuisance sont à craindre)
  • Vous assurer, à la livraison, que les travaux sont achevés et que le logement ainsi que ses équipements sont conformes au contrat ?
capbreton

capbreton

Et si le département des Landes était le bol d’air de la Nouvelle Aquitaine ?

Un département qui évoque le surf, la plage, les dunes et les forêts de pins. Les Landes, c’est aussi des lacs, des réserves naturelles et un pays intérieur où les gens ont le sens de la fête et le goût des bonnes choses.  Au coeur des Landes, ponctué de modernité, d’art, d’histoire : Capbreton.

  1. La première, et sûrement la meilleure des raisons, est que la ville de Capbreton accueillera notre nouveau programme de 3 maisons dans les mois qui viennent !
    Les Pierres de l’Atlantique mettent tout en oeuvre pour vous proposer des logements de qualité. Chaque détail est pris en compte afin de faciliter votre quotidien.
    Ce nouveau projet est constitué de 3 maisons seulement à 3mn à pied de la plage, des lieux de vie conçus autour d’espaces intérieurs idéalement agencés et ouverts sur des terrasses ou de charmants jardins privatifs offrants un cadre agréable.
  2. Au centre de la forêt Landaise en prise directe avec l’océan Atlantique, l’incontournable station balnéaire de Capbreton vous permettra de profiter d’un climat océanique, doux, iodé et au combien dynamique. Ses superbes paysages sauvages, parfumés à l’essence de pins chauffés par le soleil, sont une invitation au bien être et à la douceur.
  3. Acheter local : des étals du port à la boulangerie artisanale. Un des points forts de Capbreton est l’artisanat local et ses délicieux produits.
  4. Le marché de l’immobilier landais peut satisfaire le besoin de tous ceux qui sont à la recherche de l’appartement de leur rêve. En effet, vous pouvez entrer dans le domaine de l’immobilier locatif afin de rentabiliser votre investissement. Pour le cas d’une résidence principale, vous pouvez la louer aisément durant les périodes où vous serez absent.
  5. Capbreton est une ville particulièrement sportive et active : Frontons, tennis, skate-park, pôle surf, golf, mini-golf et même boulodromes !
IMMOBILIER BASQUE

Louer son logement pendant qu’on est au travail ou au cinéma : la location à l’heure, beaucoup plus rentable que la location saisonnière

Les plateformes d’économie de partage et d’économie collaborative ont la cote !

Économiser de l’argent, rentabiliser un bien ou encore avoir un complément de revenu en rencontrant de nouvelles personnes, beaucoup de nouvelles personnes … C’est le pari réussi de ce nouvel acteur du marché de l’événementiel.

Pourquoi louer votre logement à la nuitée sur Airbnb ou Leboncoin, quand vous pouvez seulement le louer pendant votre absence et en tirer le même revenu ? Voire beaucoup plus… We Peps vous permet de louer votre salon, un bout de jardin, de terrasse ou l’intégralité de votre domicile à des particuliers ou des entreprises souhaitant y organiser un événement.

Anniversaires, dîners de noël, fêtes de fin d’année ou même soirées d’entreprise, cours de Yoga, tournages… les occasions ne manquent pas pour trouver l’événement ou l’activité correspondant au mieux à votre domicile !

Premier site internet dédié à la location d’espaces atypiques, We Peps offre l’opportunité de louer en toute sérénité et toute simplicité un espace privé avec du caractère. We Peps permet en effet de mettre en location pour quelques heures une ou plusieurs pièces de sa maison, de son loft, de son château et même de son moulin pour l’organisation d’événements.

We Peps : le site de référence de la location d’espaces atypiques

We Peps met en relation le loueur et le locataire sur la plateforme : de la simple demande d’information à la réservation en ligne en passant si besoin par la visite du lieu au préalable.

La plateforme sécurise les échanges entre les parties. Le Service Client qualifie au mieux les demandes des locataires.

We Peps permet de cadrer les conditions de location, définit un contrat et met à disposition des garanties telles qu’une assurance, une caution ou encore des garanties en cas d’annulation.

L’idée est de permettre aux Hôtes de laisser leur domicile l’esprit serein.

Un service unique pour l’organisation d’événements

  • Des lieux plus qu’atypiques ? Le grand “plus” de We Peps, qui représente aussi son point fort et le cœur de son concept, c’est de proposer des lieux uniques, que personne, aucun professionnel, n’est en mesure de proposer sur son site pour y organiser des événements : les biens des particuliers, parmi lesquels se cachent des petites pépites.
  • Une location à l’heure ? La plateforme propose un service de location à l’heure qui permet aux locataires d’ajuster la location en fonction de leurs besoins, de cette manière plus besoin de louer une salle pour une journée entière quand l’événement ne dure que 5 heures !
  • Un suivi client quotidien ? Derrière la plateforme, il y a des humains et un service client qui suit de près tous les échanges sur le site. Toutes les demandes de réservation sont qualifiées, c’est-à-dire qu’elles sont systématiquement étudiées pour s’assurer que la demande correspond bien à l’offre et ce avant tout engagement.
  • Un accompagnement à la mise en place d’une offre ? Aide à la mise en place de l’annonce, recommandations pour le tarif à pratiquer, assurance incluse, conseils, règlement intérieur… Tout est mis en place pour faciliter l’inscription des hôtes.

Quel gain espérer pour les hôtes ?

Sur We Peps, si les Hôtes ne proposent pas l’option hébergement dans leur annonce, ils ne sont alors pas concernés par la loi sur la république numérique (120 jours / an sur Paris). Sur la plateforme, il est possible de doubler ou de tripler ses revenus, sur une période d’immobilisation plus courte. Un événement dure en moyenne 6 heures. C’est le cas pour Laurence, qui met ponctuellement sa maison de Colombes (Hauts-de-Seine), d’une surface de 100 mètres carrés, en location sur la plateforme.

Sur Airbnb, Laurence pourrait louer l’ensemble de son pavillon environ 180 euros/ nuitée, frais de services déduits. Sur We Peps, Laurence gagne en moyenne 340 euros par événement en louant uniquement son salon et son jardin, frais de service déduits sur une durée de 6 heures. L’intérêt est de pouvoir louer son logement sur ses plus petites périodes d’absence, comme une journée de travail.

Pour aider le loueur à définir son prix de location à l’heure, We Peps a mis en ligne un simulateur de valeur locative. Le site vous recommande quel tarif appliquer à votre location en fonction de votre code postal, du type de bien loué (maison, appartement, jardin, etc.) et de la surface dédiée à l’événement.

LES PIERRES ATLANTIQUES

L’Autorité de Contrôle Prudentiel (ACPR) vient de rappeler à l’ordre une banque française sur ses méthodes abusives pour faire souscrire son assurance de prêt en vue de l’obtention d’un crédit immobilier.

Il faut rappeler que depuis la Loi Lagarde de 2010, tout emprunteur est libre de choisir son contrat d’assurance de prêt immobilier. Pour renforcer cette disposition, la Loi Hamon, entrée en application au 1er janvier 2015, permet à tout emprunteur de changer gratuitement son assurance de prêt immobilier au cours de la 1ère année de son crédit. En complément, depuis 2018, grâce à l’amendement Bourquin, il est désormais possible de changer d’assurance emprunteur chaque année. En conclusion, tout est fait pour ouvrir le marché de l’assurance emprunteur à la libre concurrence et redonner ainsi du pouvoir d’achat aux emprunteurs grâce à une assurance de prêt externe à la banque générant pour chacun d’eux une économie moyenne de plusieurs milliers d’€.

Faites des économies sur votre assurance de prêt

Depuis l’entrée en vigueur de la loi Hamon, tout Particulier a la possibilité de changer son assurance emprunteur pendant les 12 premiers mois de son prêt (avec préavis de 15 jours, donc 11.5 mois en réalité). Cela représente une réelle opportunité pour les emprunteurs de comparer les différentes offres concurrentes pour bénéficier de tarifs plus avantageux que ceux proposés par la banque. Cette mesure leur permet donc d’assurer leur prêt dans une autre compagnie que celle où celui-ci a été souscrit. A partir du moment où l’emprunteur choisit un contrat présentant les mêmes garanties c’est à dire équivalentes au contrat initial souscrit, la banque ne peut pas refuser la substitution. Il existe pour cela un référentiel : les critères CCSF. Il s’agit d’une liste de 20 critères permettant de comparer les offres entre elles. Chaque banque a l’obligation de choisir 11 critères d’équivalence et ne peut donc refuser un contrat externe dès lors que celui-ci assure a minima ces 11 critères. La banque dispose d’un délai de 10 jours ouvrés pour accepter ou refuser la nouvelle demande.
Depuis le 1er janvier 2018, l’amendement Bourquin complète ce dispositif et donne le droit de changer son assurance de prêt même si l’emprunt est en cours depuis plus d’un an. La résiliation du contrat se fait à la date d’anniversaire de souscription et doit respecter un préavis de deux mois.
Toutes ces mesures offrent la possibilité aux emprunteurs de faire jouer la concurrence dans le but de trouver les conditions tarifaires les moins onéreuses. En décrochant une offre plus attractive l’emprunteur fait des économies substantielles sur le coût total de son crédit.

Ce qui va changer en 2019

A compter de Janvier 2019, la Taxe Spéciale sur les Conventions d’Assurance (TSCA), jusqu’ici limitée à certaines garanties, sera étendue à l’ensemble des garanties d’assurance emprunteur pour les contrats souscrits après cette date. Cette mesure provoquera une augmentation du coût total des nouveaux contrats souscrits à compter de cette date d’environ 2 à 3 euros par mois. Une raison de plus pour changer d’assurance de prêt immobilier au plus vite et avant le 31 décembre 2018 !

achat appartement neuf

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu entrera bien en vigueur en 2019. Pour les contribuables, qu’ils soient salariés, indépendants, employeurs à domiciles, investisseurs ou encore propriétaires-bailleurs, de nombreux changements fiscaux s’annoncent. Si vous-même percevez des réductions ou crédits d’impôt, voici ce qui vous attend.

60 % des crédits et réductions d’impôts versés le 15 janvier prochain

En proposant désormais un impôt contemporain des revenus qu’il taxe, le prélèvement à la source devrait, en tout cas à terme, permettre une gestion simplifiée du budget de la plupart des ménages. Mais avant que tout ne soit au point, il faudra attendre janvier 2019, la nouvelle loi des finances et l’application des futures règles fiscales.
L’impôt sur le revenu sera désormais calculé hors avantages fiscaux à partir d’un taux personnalisé, individualisé ou neutre selon la configuration du ménage et les souhaits de chacun. Initialement, la première version proposée du prélèvement à la source prévoyait que les crédits et réductions d’impôts adressés aux bénéficiaires de services à domicile soit versés en deux fois. 1/3 au printemps et le solde à l’automne. Mais le Gouvernement a finalement revu sa copie et ce sont désormais tous les bénéficiaires de crédits et réductions d’impôts, qu’importe leur nature, qui percevront 60 % des sommes dues à partir du 15 janvier. Les employeurs à domicile, mais également les investisseurs qui ont choisi l’immobilier locatif sont donc concernés.

Cette mesure s’annonçant comme pérenne, les contribuables percevront 60 % de leurs avantages fiscaux chaque année en janvier.

Prélèvement à la source 2019, tous les investisseurs locatifs seront-ils gagnants ?

La réponse est non. En effet, sur le papier, tous les investisseurs qui bénéficient de réductions d’impôts pour leurs investissements Pinel, Scellier, Duflot ou encore Censi-Bouvard pourront s’attendre à recevoir un chèque du fisc de 60 % de leurs avantages en janvier prochain. Mais ces droits étant calculés par rapport aux investissements réalisés l’année passée, il faut que ceux-ci aient été mentionnés dans la déclaration de l’année N-1 pour être déductibles en début d’année N. Autrement dit, seuls les ménages ayant déclaré un patrimoine immobilier ou des investissements réalisés avant la déclaration de 2018 pourront bénéficier d’un acompte de crédit d’impôt en janvier 2019. Pour ceux qui décideraient d’investir en cette fin d’année, il faudra donc attendre l’automne prochain pour en tirer les bénéfices fiscaux.

Le prélèvement à la source se basera désormais sur les revenus de l’année en cours. Seuls les avantages fiscaux seront toujours calculés en fonction de la situation fiscale de l’année précédente.

À noter que si la plupart des dispositifs de défiscalisation immobilière sont concernés par l’acompte de janvier, la réduction d’impôts Malraux n’est en revanche pas éligible.

Source : defiscalisation.immo

loi pinel immobilier pays basque

Vous avez reçu votre avis d’imposition et vous êtes déprimé en voyant la somme qu’il restait à régler ?

C’est donc le moment idéal pour opter pour un vrai mécanisme de défiscalisation : la loi Pinel.

Le plus connu, et celui qui a rencontré le plus de succès ces dernières années, est sans conteste le dispositif Pinel. Car ce mécanisme allie les deux grands « dadas » des Français : l’investissement dans la pierre et la constitution d’un capital transmissible plus tard à ses enfants. Le dispositif Pinel a été conçu sur le modèle des précédents dispositifs de défiscalisation. Mais à des conditions plus avantageuses.

Dans le cadre d’un investissement Loi Pinel, vous défiscalisez vos impôts par le biais d’un placement sur et rentable au terme : L’immobilier neuf.

Vous préparez votre épargne fiscale en bénéficiant de conseils avisés de placements financiers réalistes et cohérents avec le marché locatif.
Les Pierres de l’Atlantique développe, dans les Landes et au Pays basque, des promotions immobilières en adéquation avec les besoins locaux, votre conseiller en investissement vous permettra de réaliser un projet qualitatif, rentable et simple d’utilisation.
Investissez en zone B1 Loi Pinel, et épargnez jusqu’a 6000€ d’impôts par an pendant 6,9 ou 12 ans (critères et préalables à définir lors d’un rendez-vous).

Sur la Côte basque plus qu’ailleurs, une grande partie des acheteurs de logements neufs sont des investisseurs, c’est-à-dire des personnes qui destinent leur bien à la location. Le dispositif Pinel est idéal pour cela, puisqu’il est spécialement réservé aux logements destinés au marché de la location. Et notre région a vu affluer bon nombre d’acheteurs de la région, mais aussi de toute la France.

 

Pour plus d'informations, contactez nous !

Une copropriété peut rencontrer quelques dégâts au cours de son existence comme un dégât des eaux ou encore une tempête ravageant la façade ou abîmant une partie commune, alors que l’on soit syndic, bailleur, locataire occupant ou encore propriétaire, lorsqu’un dégât survient, il n’est pas toujours facile de savoir à qui s’adresser en priorité.

Pour mieux vous repérer, voici quelques précisions.

Avant toute chose, sachez qu’il est obligatoire pour un syndic ou un bailleur de souscrire à une assurance multirisques habitation et ce afin de vous protéger contre les dégâts causés par le temps. Cette assurance vous protège contre les incendies, explosions, dégâts des eaux, catastrophes naturelles, terrorisme etc. elles sont complètes et doivent de par le fait vous permettre d’affronter ces dégâts en toute sérénité. En général, les dommages causés à un immeuble concernent les incendies et les dégâts des eaux, d’ailleurs ils représentent à eux deux 90% de la fréquence des sinistres dans les copropriétés, d’où le parti pris de traiter de façon quasi exclusive de ces types de sinistre dans le présent article.

Lors d’un incendie, les experts sont en général sur place dans les 24-48 heures et contrairement au dégât des eaux, la gestion de ce type de sinistre peut être très longue car de nombreuses parties sont à consulter. En conséquence, il est courant pour l’assureur de la copropriété de verser des acomptes afin de permettre au syndic de commander certains travaux. Les contrats peuvent prévoir également de payer les honoraires d’autres intervenants techniques comme les architectes, les experts d’assurés, ou autres, d’ailleurs il est toujours préférable avant de rentrer dans un appartement que vous avez loué ou acheté de consulter les garantis d’assurance du syndic de l’immeuble ou vous allez habiter afin de se prémunir de tous risques éventuels. Si l’incendie s’est propagé à d’autres habitations que la vôtre, l’assurance du syndic devra faire appel à ses experts afin d’évaluer les dégâts dans les parties communes de l’immeuble car rappelons-le chacun a obligation d’assurer assure son propre bien. De ce fait, c’est l’assurance personnelle de chaque habitant qui doit gérer ses propres clients. Dans les faits cela doit se passer ainsi mais bien souvent les assurances se font la guerre pour déterminer la responsabilité de chacun afin d’éviter de régler de grosses sommes pour tout remettre en état. L’intervention d’un avocat pour elles et parfois même pour les particuliers est donc indispensable.

En cas de dégât des eaux, il faut remplir un constat amiable dégât des eaux composé de 3 volets dont le premier est destiné à l’assureur du sinistré, le 2ème à l’assureur de l’auteur du sinistre, le 3ème au syndic. Une fois les constats faits, la recherche de la fuite si elle est invisible est donc primordiale afin d’évaluer les responsables. C’est une procédure qui peut-être longue et qui comprends de tres nombreux points. chaque procédure sera différente en cas de dégâts des eaux entre deux lots de copropriétés, de fuite non visible dans les parties communes, concernant les dommages causés par les fuites, entre deux lots, affectant aussi les parties communes, dans les cas de sinistres peu importants sur les parties communes non déclarés par le syndic ou encore dans les cas de sinistres importants sur les parties communes.

Personne ne souhaite que cela arrive mais malheureusement bailleur et syndic y sont souvent confrontés et font donc appel à des avocats rompus à cet exercice pour gérer les conflits liés à ces dégâts.

  • 1
  • 2